Gagner la guerre, de Jean-Philippe Jaworski

gagnerlaguerre

Comment j'en ai entendu parler ?

Le Cafard Cosmique et d'autres sites Web

De quoi ça parle ?

Ciudalia est une ville imaginaire dans un monde de fantasy. Elle tient de la Rome Antique et de l'Italie Renaissante. Benvenuto Gesufal est un assassin habile et rusé qui a réussi à se faire embaucher par Leonide Ducatore, le Podestat de la République, homme retors et ambitieux. Le roman raconte ses péripéties au service de son patron, entre complots politiques et rencontres diverses, dans le règlement de la guerre que vient de gagner Ciudalia contre ses voisins de l'Archipel de Ressine.

Mon opinion :

Suite directe d'une des nouvelles de Janua Vera, que j'avais beaucoup apprécié, ce roman est un pavé de 700 pages dans lequel l'immersion est totale. Style évocateur, haut en couleur, mots rares, précision dans les descriptions, dialogues ciselés, bref, je me joins aux éloges. Bien sûr, on pourrait dire que parfois, ça devient quand même un chouïa lourd, que certaines pages ralentissent l'action, mais bon, on se dit que c'est pour l'immersion.
Côté scénario, on mêle habilement intrigues politiques de haut vol, réflexion sur le pouvoir, péripéties dignes d'un James Bond, avec une fantasy de bon aloi, elfes et nains discrets, magie puissante et mystérieuse, plus fantastique que fantasy d'ailleurs.
Bref, un roman hautement recommandable, très réussi, de la fantasy "upper class", pour un voyage en terre étrangère qui vous prend complètement, même si en ce qui me concerne, j'ai une préférence pour le format court des nouvelles de Janua Vera.