Noir, comme d'habitude, d'Annie Saumont

NoirCommeDhab

De quoi ça parle ?

Une vingtaine de nouvelles très courtes (de 2 à 10 pages pour la plupart), souvent très noires.

Mon opinion :

Ce qu'il y a de bien avec les nouvelles, a fortiori avec les plus courtes, c'est que si ça ne vous intéresse pas, ou que vous n'y comprenez rien, c'est vite terminé et vous passez à la suivante.
Dans ce recueil, écrit par une des spécialistes françaises de la forme courte et même très courte, les destins s'entrecroisent, souvent pour le pire. On est projeté dans la tête du protagoniste principal, qu'on apprend à connaître rapidement par sa propre subjectivité, avant de se voir infliger une chute la plupart du temps brutale.
Le style de l'auteur est très particulier, puisque, pour coller au mieux avec l'état mental souvent confus de ses personnages, elle s'affranchit allègrement des règles de ponctuation et de syntaxe. Ce qui fait que ce n'est pas toujours facile à suivre, et chaque nouvelle demande un minimum de concentration avant de se laisser déguster, malgré sa brièveté. J'avoue que certaines d'entre elles m'ont laissé froid, en revanche, d'autres m'ont laissé abasourdi (je pense à "La soupe" ou "Gorilles").
Voilà donc un recueil que tout écrivain en herbe devrait avoir lu, tant il est étonnant de maîtrise.
Et pour les frissons -de dégoût, de pitié, d'horreur- qui prennent à la lecture de certaines pages.