27 juin 2010

Des nouvelles d'un auteur culte

L'Essence de l'art, de Iain M. Banks

essence_banks

De quoi ça parle ?

Un recueil de nouvelles de SF ou de mainstream, par l'auteur culte du Cycle de la Culture.

Mon opinion :

Ceux qui ne connaissent pas Le Cycle de la Culture, vous pouvez aller visiter la page de Wiki qui le concerne. Étant moi-même un grand fan de ces romans, je ne pouvais pas passer à côté de ce recueil, même si ne s'y trouvent que seulement quatre nouvelles liées à la Culture (dont deux déjà éditées en français, mais aujourd'hui introuvables).

Premier constat : je préfère largement Banks au format roman. En effet, pour ce qui est de la Culture, j'ai été assez frustré. Ses personnages et son univers sont toujours incroyablement évocateurs, et il a le chic pour dépeindre un décor, une ambiance, un état d'esprit. C'est bien simple : on s'y croirait. Alors quand ça ne dure pas 400 pages mais 20... 
Hormis ça, ces nouvelles sonnent un peu comme des chaînons manquants dans l'univers des romans, au niveau des personnages et des sujets évoqués. Quant au reste, c'est assez hétérogène.

La Route des Crânes : Une petite histoire résolument étrange. Je n'ai pas cherché à comprendre mais j'ai aimé l'ambiance.
Un cadeau de la Culture : Un ancien agent de la Culture se trouve malgré lui mêlé à des affaires qui le dépassent. Court mais plaisant.
Curieuse jointure : De la difficulté de communiquer entre humains et extra-terrestres. Une histoire sans prétention mais pleine d'ironie cruelle, et qui m'a fait penser à un épisode de Twilight Zone écrit par Richard Matheson.
Descente : Assurément le gros morceau de ce recueil. Un citoyen de la Culture se retrouve coincé dans son scaphandre intelligent mais endommagé, à la surface d'une planète hostile. Mine de rien, on se pose des questions : qui est l'homme ? qui est la machine ? Vraiment excellent.
Nettoyage : Changement de style pour cette nouvelle humoristique d'artefacts extra-terrestres. On croirait lire du Robert Sheckley dans le texte. Marrant mais pas super original quand même.
Fragment : La nouvelle "mainstream" du lot, dont je ne me souviens que de la chute qui vaut son pesant de cacahuètes. Ce qui prouve le talent multi-cartes de l'auteur.
L’Essence de l’art : Cette novella narre les aventures d'agents de la Culture infiltrés sur Terre et qui se demandent si les hommes doivent être "contactés" ou non. L'un de ces agents a de bien curieuses réactions face à la vie sur Terre... J'ai été un peu déçu par cette nouvelle très cérébrale. Non pas que je n'aime pas réfléchir, mais là il ne se passe pas grand chose. Et ça fait bizarre de voir ces héros que je pensais vivre dans un lointain futur venir côtoyer une Terre contemporaine. Un mythe s'effondre... quoique, vu la relativité de l'espace-temps...
Eclat : Un exercice de style à mi-chemin entre Entrefer du même auteur et le fameux Tous à Zanzibar de John Brunner. Lecture multi-niveaux difficile pour ce conte apocalyptique.

Voilà, des choses que j'ai appréciées, d'autres moins. Il ne reste qu'à attendre le prochain roman de l'auteur ou de se relire les précédents.

Posté par Papa Fredo à 16:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Des nouvelles d'un auteur culte

    Il fait partie de mon programme de lecture estivale.

    La novella l'Essence de l'Art me semble intéressante tant la Culture est loin de nous.

    Posté par Efelle, 28 juin 2010 à 12:49 | | Répondre
Nouveau commentaire